JPMorgan:4,4 milliards $ de pertes de transactions

Mark Lennihan / The Associated Press

NEW YORK, États-Unis - JPMorgan Chase a indiqué vendredi les mauvaises pertes d'un de ses portefeuilles lui avaient coûté 5,8 milliards $ US depuis le début de l'année, soit presque trois fois plus qu'elle ne l'avait d'abord estimé.

La plus grande banque des États-Unis a en outre évoqué la possibilité que des courtiers aient tenté de camoufler leur bavure de façon inappropriée.

Selon JPMorgan, l'enquête interne a découvert certains éléments qui ont permis aux dirigeants de «remettre en question l'intégrité» des valeurs assignées par les courtiers à leurs opérations.

La banque a indiqué qu'elle planifiait récupérer deux ans de salaire de la part de certains des hauts dirigeants impliqués dans les transactions douteuses et que la division de la banque responsable des erreurs avait été fermée.

«Cela a ébranlé les fondations de notre société», a affirmé le chef de la direction, Jamie Dimon.

JPMorgan a perdu 4,4 milliards $ US en raison de ces mauvaises transactions pendant le trimestre d'avril à juin, et son directeur financier a précisé qu'une perte additionnelle de 1,4 milliard $ US devait être inscrite aux comptes des trois premiers mois de l'année.

L'estimation originale de la perte occasionnée par les mauvaises transactions, révélée lors d'une conférence téléphonique surprise avec les analystes de Wall Street en mai, était de deux milliards $ US.

Vendredi, M. Dimon a affirmé que la perte était essentiellement contenue. Dans le pire des cas, si les marchés financiers devaient se détériorer de façon importante, la banque pourrait perdre un autre 1,7 milliard $ US, a-t-il dit, ce qui en porterait le total à 7,5 milliards $ US.

Selon M. Dimon, le pire de cette affaire semble être derrière la banque, et les investisseurs ont semblé d'accord avec cet énoncé. L'action de JPMorgan a progressé vendredi de six pour cent, permettant au titre d'afficher la meilleure performance au sein de ses confrères inscrits à la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles.

En conséquence des pertes découvertes, JPMorgan a réduit de 459 millions $ US le bénéfice net qu'elle avait affiché pour son premier trimestre. La banque n'en reste pas moins très rentable; même après l'ajustement, elle a engrangé 4,9 milliards $ US pour le trimestre.

JPMorgan a en outre dévoilé son bénéfice net pour le deuxième trimestre, terminé le 30 juin. Celui-ci a atteint cinq milliards $ US, ce qui est largement supérieur aux 3,2 milliards $ US attendus par les analystes de Wall Street. La banque a attribué ce résultat à une plus forte activité de prêts hypothécaires et à ses activités de cartes de crédit.

M. Dimon avait présenté ses excuses au Congrès américain à la suite de la perte, que la banque avait imputé aux efforts tentés pour limiter les risques financiers.

JPMorgan a perdu environ 15 pour cent de sa valeur sur les marchés depuis que la perte a été dévoilée.

Ces mauvais placements ont soulevé des craintes que les plus grandes banques puissent encore représenter un risque pour le système financier américain, moins de quatre ans après que la crise financière eut éclaté à l'automne 2008.