Élections provinciales 2014
www.radio-canada.ca (© Copyright : © Société Radio-Canada. Tous droits réservés.)
Mis à jour le: 21 août 2012 07:46 | par Radio-Canada, www.radio-canada.ca

Élections Québec 2012 - Financement lors d'un événement en 1998: Duchesneau nie de nouvelles allégations



Élections Québec 2012 - Financement lors d'un événement en 1998: Duchesneau nie de nouvelles allégations

D'anciens collaborateurs du candidat de la Coalition avenir Québec dans Saint-Jérôme, Jacques Duchesneau, affirment qu'à l'époque de sa campagne à la mairie, en 1998, son organisation n'avait pas déclaré dans ses états financiers tous les dons anonymes récoltés le 21 mai de cette année-là, lors du lancement du Parti Nouveau Montréal.

Les états financiers du parti font état de dons anonymes de 2590 $. Mais plusieurs sources parlent plutôt d'environ 50 000 $ qui auraient été récoltés ce soir-là.

Les dons anonymes étaient tout à fait légaux à l'époque. Mais les montants devaient être déclarés avec exactitude, sinon cela constituait une infraction à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.

L'un des plus grands rassemblements de l'histoire de la politique municipale

Nouveau Montréal évaluait à environ 2000 le nombre de personnes qui s'étaient rassemblées dans la salle des pas perdus de la gare Windsor, au centre-ville de Montréal. Jacques Duchesneau avait fait une entrée triomphale, entouré de plusieurs gardes du corps, au son d'un hymne de campagne composé pour lui. Il avait néanmoins été entarté devant les caméras.

Deux sources affirment que Nouveau Montréal a récolté plus de 50 000 $ lors de cette soirée.

« Je n'ai pas le chiffre exact, mon souvenir c'était que c'était 57 000 $. J'étais présent lorsque cet argent-là a été compté », a déclaré à Radio-Canada une source qui était proche de M. Duchesneau à l'époque. Est-il étonné de voir que Nouveau Montréal a déclaré 2500 $ pour cette soirée? « Franchement, ça me fait rire, dit-il, c'est très certainement 25 fois plus que ça. »

Une deuxième source, qui a participé à la collecte des dons anonymes, va dans le même sens. « Je n'ai pas compté d'argent, mais j'ai vu du monde qui était affairé à compter. Je ne me rappelle pas du chiffre exact, mais c'était plus que 50 000 $ », affirme cette personne.

Radio-Canada a contacté une troisième et une quatrième source qui étaient au coeur de l'organisation de la campagne. Ces deux personnes affirment aussi qu'il était question dans l'organisation d'une somme d'environ 50 000 $ qui avait été récoltée lors de cet événement.

Jacques Duchesneau parle d'allégations loufoques

L'ancien chef de police n'est pas surpris que des allégations émergent. Selon lui l'affaire est « loufoque », surtout que le Directeur général des élections a enquêté sur le remboursement de sa dette de la campagne de 1998 à la suite de reportages de QMI et TVA, en 2010.

Il pense que le chiffre de 2590 $ est réaliste. « Oui, justement parce que moi je ne connaissais pas le principe du chapeau, les dons anonymes c'était parfaitement légal à l'époque, mais les gens n'ont pas donné. C'était des amis, c'était festif, ce n'était pas vraiment une activité de financement. »

Son agent officiel est selon lui au-dessus de tout soupçon. Mais il ne peut garantir la même chose pour la « totalité » des dizaines de membres de son équipe de 1998.

Selon lui, sa campagne de 1998 était « beaucoup plus propre » que les autres campagnes politiques.

Que ces allégations ressortent maintenant ne l'étonne pas. « Parce que je fais le ménage. Écoutez, j'ai été 18 mois à l'Unité anticollusion. On a fait sauver 348 millions de dollars qui auraient été dans des poches de gens proches de libéraux. Est-ce que vous pensez qu'on se fait des amis en faisant ça? Est-ce que les gens sont frustrés? Sûrement. Est-ce que les gens peuvent inventer des choses? Sûrement. Si j'avais eu des squelettes dans le placard, je ne serais jamais venu en politique. »

Une campagne propre, selon plusieurs sources

Plusieurs anciens collaborateurs et des candidats pensent que la campagne de 1998 était propre. Même les sources du reportage de Radio-Canada affirment avoir été payées en bonne et due forme par chèques.

Jacques Duchesneau et son parti Nouveau Montréal ont terminé l'année électorale avec une dette d'environ 368 000 $. « On est restés pour payer la dette », martèle Jacques Duchesneau.

Le parti Nouveau Montréal a été fermé en 2001 et la dette a été réglée.

Un article de Davide Gentile

La campagne électorale sur Twitter