Élections provinciales 2014
Radio-Canada
8 août 2012 14:25 | par Laila Maalouf pour Radio-Canada

Les Québécois sont-ils les plus taxés en Amérique du Nord?



Épreuve des faits - Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a proposé mardi une réduction d'impôt pour la classe moyenne, soutenant que les Québécois sont les plus taxés en Amérique du Nord. Est-ce vraiment le cas?

Afin de vérifier cette affirmation, nous nous sommes penchés sur le taux d'imposition sur le revenu des particuliers dans les provinces et territoires canadiens, ainsi que sur la taxe de vente appliquée aux produits et services.

Nous avons tout d'abord comparé le taux d'imposition en fonction de trois paliers de revenus. Il s'agit toutefois d'un montant brut qui ne tient compte ni des crédits d'impôts ou de l'abattement fédéral pour les résidents du Québec, ni des services offerts en retour par les provinces.

Le Québec arrive sans contredit loin devant les autres provinces et territoires canadiens, et ce, même pour les particuliers touchant un revenu de 30 000 $.

Aux États-Unis, certains États comme la Floride et le Nevada ne perçoivent aucune taxe sur le revenu de leurs résidents, alors que le taux d'imposition se situe majoritairement entre 1 % et 5 % pour la classe moyenne. Le taux le plus élevé atteint 11 % à Hawaï pour les particuliers à revenu très élevé.

Impôt

Taxes à la consommation

Les Québécois arrivent aussi parmi les premiers en ce qui concerne la taxe de vente, dépassés seulement par les Néo-Écossais d'un demi-point de pourcentage.

Au sud de la frontière, les États du New Hampshire, de l'Oregon, du Delaware et du Montana ne perçoivent pour leur part aucune taxe de vente. La Californie est l'État où les taxes à la consommation sont les plus élevées (7,25 %), suivie notamment par le New Jersey et l'Indiana (7 %).

Le Tennessee est l'un des rares à appliquer une taxe sur les aliments de 5,5 %, alors que certaines villes comme New York, Las Vegas, San Francisco et Chicago possèdent leur propre surtaxe locale.

Taxes

Infographie : Evguenia Kossogova

La campagne électorale sur Twitter