Décès du producteur de films Richard Zanuck

Richard Zanuck, Lili Fini Zanuck. Chris Pizzello / The Associated Press

LOS ANGELES, États-Unis - Richard Zanuck, qui a notamment produit les films «Driving Miss Daisy», «Jaws» et «The Sting» après que son père, Darryl F. Zanuck, l'eut mis à la porte de la 20th Century Fox, est décédé vendredi à l'âge de 77 ans.

Le relationniste de M. Zanuck a précisé qu'il était mort d'une crise cardiaque dans sa résidence de Beverly Hills.

La réussite du jeune Zanuck comme producteur indépendant rivalisait avec celle de son illustre paternel, qui a régné sur les studios de la Fox des années 1930 jusqu'à la fin des années 1960, quand l'âge et l'évolution des goûts du public ont fini par le pousser à prendre sa retraite.

L'entreprise fondée par Richard avec David Brown après son licenciement a entre autres produit «The Sting» en 1973, qui a remporté l'Oscar du meilleur film, ainsi que le premier long-métrage de Steven Spielberg, «The Sugarland Express», en 1974 et son célèbre «Jaws» un an plus tard.

«En 1974, Dick Zanuck et moi nous nous sommes assis dans un bateau au large de Martha's Vineyard et nous avons regardé le requin mécanique coulé au fond de la mer», s'est rappelé M. Spielberg dans un communiqué publié vendredi.

«Dick s'est tourné vers moi et a souri. 'Ça alors, j'espère que ce n'est pas un mauvais présage!' Ce moment a marqué le début d'une complicité qui a duré 40 ans. Il m'a appris tout ce que je sais au sujet de la production. Il était l'un des hommes les plus honorables et loyaux de notre profession et il s'est battu bec et ongles pour ses réalisateurs.»

En 1988, Zanuck et Brown ont mis fin à leur partenariat de manière amicale et le premier a lancé une nouvelle entreprise avec sa troisième femme, Lili Fini Zanuck.

Le couple a gagné un Oscar avec son premier long-métrage, «Driving Miss Daisy», en 1989.

Après ce succès, Richard Zanuck a continué à produire des films de manière indépendante, dont «Rush», «Along Came a Spider», «Rules of Engagement», «The Road of Perdition», «Charlie and the Chocolate Factory» et, plus récemment, «Dark Shadows», l'adaptation cinématographique d'une télésérie culte réalisée par Tim Burton.

Les personnalités opposées de Richard et de Darryl F. Kanuck ont mené à bien des querelles entre le fils et le père.

Richard était réservé, calme et sympathique avec les réalisateurs, les scénaristes et les acteurs. Il aimait diriger les activités depuis son bureau.

Autoritaire, Darryl lançait des ordres de sa voix aiguë et parfois en brandissant un maillet de polo, sport qu'il avait pratiqué dans sa jeunesse avec d'autres personnalités de Hollywood. Il prenait ses décisions rapidement et, une fois que c'était fait, elles avaient force de loi dans le studio.

Lorsque la 20th Century Fox a commencé à décliner à l'aube des années 1970 après des décennies de succès, le vieux Zanuck a mis son fils à la porte dans une tentative pour sauver sa propre tête, aussi dans la mire du conseil d'administration. Peine perdue puisqu'il a lui-même été licencié peu de temps après.

Le renvoi a bouleversé Richard, qui ne s'est réconcilié avec son paternel que peu de temps avant le décès de ce dernier en 1979.

«Notre relation était différente de celle qu'entretiennent généralement les pères et les fils, avait confié le fils Zanuck au New York Times en 2003. Mais j'ai été capable de tout arranger avant que mon père ne meure.»

Né en 1934, Richard Darryl Zanuck était le troisième enfant et l'unique garçon de Darryl et de Virginia Fox Zanuck. Sa mère avait joué dans plusieurs courts-métrages de Buster Keaton avant son mariage en 1924.

Richard a grandi dans les studios de la Fox, où il a commencé à travailler alors qu'il était encore étudiant. Après l'obtention de son diplôme, il est devenu l'assistant spécial de son père.

Le producteur a eu deux filles, Virginia et Janet, avec sa première femme, Lili Gentle, ainsi que deux fils, Harrison et Dean, avec sa seconde épouse, Linda Harrison. Les deux unions se sont soldées par des divorces.