Angelina Jolie dans un camp de réfugiés syriens

Mohammad Hannon / The Associated Press

AMMAN, Jordanie - Les larmes aux yeux, l'émissaire spéciale du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies, Angelina Jolie, a expliqué mardi avoir entendu des récits «atroces» et «déchirants» de la part de réfugiés syriens ayant fui leur pays pour la Jordanie.

L'actrice américaine a visité le camp de réfugiés jordanien situé à Zatari, qui accueille environ 30 000 personnes ayant fui le conflit syrien. «Je suis très inquiète, et le monde est très inquiet», a assuré Angelina Jolie, lors de sa visite qui visait à attirer l'attention internationale sur la détresse des réfugiés et trouver des fonds pour les aider.

«Ce qu'ils décrivent sur le terrain, l'entendre de leur bouche est atroce», a réagi la star hollywoodienne, soulignant que les récits des enfants étaient particulièrement émouvants. «Quand vous rencontrez autant de gens innocents et de civils, ils se demandent qui est de (leur) côté, et qui va les aider dans les mois qui viennent», a-t-elle témoigné.

Angelina Jolie a rencontré séparément des femmes syriennes dans le cadre de sa visite, aux côtés du responsable du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies Antonio Guterres et du ministre des Affaires étrangères jordanien Nasser Judeh.

«Cette mission que nous partageons a un objectif clé: attirer l'attention de la communauté internationale afin d'exprimer une solidarité plus forte envers les réfugiés syriens et les pays d'accueil, qui ont maintenu leurs frontières ouvertes», a souligné M. Guterres.

D'après le Haut commissaire, la Jordanie est le pays qui a accueilli le plus de réfugiés syriens dans la région, avec plus de 200 000 personnes sur son territoire. Cet afflux de réfugiés a un coût pour l'économie et les ressources du pays, a reconnu M. Guterres et le «camp a besoin d'un financement international massif», avec des conditions de vie qui y sont «inacceptables».