C'est rendu qu'il y a tellement de nids-de-poule à Montréal que le maire de Rosemont veut les convertir en vrais nids de poules pour sa volaille.
Certains cratères du centre-ville de Montréal auront bientôt valeur patrimoniale.
Qu'à cela ne tienne! La voirie doit trouver une nouvelle voie. Pourquoi pas la solution radicale? Le retour au gravier!
Il faut s'assumer : si on n'est pas capable, collectivement, de construire des rues qui ne se transforment pas en cratères, eh bien, admettons-le, tout simplement.
Et bouchons le trou avec du gravier. Hop! c'est réglé en une heure, une heure et demie. Il n'y a pas d'études à faire.
Au bout de cinq ans, la moitié des rues de la ville seraient en gravier. En dix, ce serait tout gravier.
Il resterait bien des petits bouts asphaltés ici et là, mais les résidents auraient honte et réclameraient qu'on les mette sur le gravier.

Gravier

iStock

Un week-end au Mont Tremblant
Cette solution toute simple m'est venue pendant un week-end de camping au mont Tremblant avec l'ami Pierre. En fait, c'est son idée à lui.
Pierre est médecin et professeur en santé publique. Il a dirigé des hôpitaux de Médecins du Monde à Sarajevo et au Niger, alors il en connaît un bail sur les zones à problèmes.
Toujours est-il qu'un samedi matin après de très gros orages, la route du parc était transformée en rivière. À deux endroits, il fallait carrément traverser à gué - moi devant la voiture pour voir si ça passe et Pierre qui suit.
La route était tellement crevassée que Pierre et moi étions certains d'être prisonniers du parc quelques jours.
Mais miracle : le lendemain, la route était réparée. La voirie du parc a tout réglé avec quelques pierres et une niveleuse.
C'est là que Pierre a conclu : le gravier est la solution pour Montréal!

Voyons donc, Pierre
Sur le coup, je me suis dit la même chose que vous : « Voyons Pierre, tu n'y penses pas. »
Mais à bien y penser, Pierre a raison.
Au lieu de nous disperser inutilement sur quelque chose que, collectivement, nous ne savons pas faire, reconnaissons-le et simplifions.
Grâce au gravier, la voirie pourra se concentrer sur les installations qui comptent vraiment : l'aqueduc, les égouts, les trottoirs, les ponts et les autoroutes.
Quand un égout ou une conduite d'aqueduc péterait, on le verrait tout de suite : ça ne se s'éroderait pas longtemps en secret sous la surface. En quelques heures, la voirie aurait creusé le trou sans trop se soucier de l'asphalte, et une fois la conduite remplacée, ce serait rebouché en quelques heures.
Bien sûr, le retour au gravier signifierait pour Montréal le retour des crevasses de ruissellement et des ondulations en planche à laver, comme au parc du mont Tremblant. Mais une bonne niveleuse nivelle ça en un rien de temps. Le brave cantonnier n'aurait même pas à descendre de son engin.
Le citoyen responsable trouve que la ville niaise un peu trop à boucher le nid-de-poule ou la crevasse sur sa rue? Avec une pelle, l'affaire est réglée en 30 minutes. Il pourra même facturer la ville pour le service.
Sur le Plateau, j'imagine déjà les partys de voirie. Dans une ambiance de fête, le voisinage répare sa rue. À moins que le bon maire Ferrandez mette tout le monde à la corvée - c'est son genre.
Le gravier, c'est la participation citoyenne.

Oui mais
Le gravier résiste à tout, même aux objections.
Oui, mais la boue? Je n'ai pas dit de la terre, je parle gravier. Le gravier, ça ne fait pas de boue.
Oui, mais le déneigement? Une rue en gravier, ça se déneige comme une surface asphaltée. Même que le fond un peu raboteux permet une meilleure adhérence.
Oui, mais les feuilles, l'automne? Avec le même matériel que pour le déneigement (moins la souffleuse), hop! Plus de feuilles! Et on repasse avec la niveleuse à la fin pour tout égaliser. Les feuilles qui restent feraient du compost. Au printemps, un coup de niveleuse, deux camions de gravier, au revoir!
Oui, mais le vélo? Nous ferons du vélo sur gravier, comme sur le mont Royal. Le gravier simplifierait même l'installation des bornes de signalisation.
Oui, mais les lignes? Les trois quarts sont déjà effacés. La signalisation au sol se ferait avec de gros clous bombés, comme en France et ailleurs en Europe. Bien sûr que ça ferait une bosse, mais ça ne dérangerait pas ceux qui roulent à la vitesse prévue. Il faudra inventer la machine arracheuse de clous et la machine planteuse de clous, mais est-ce là une épreuve pour une civilisation qui a inventé la poutine?
Oui, mais la poussière? Les gros nuages de poussière sur les chemins de gravier, c'est si on roule à plus de 80 km à l'heure. Si vous roulez à 50 - vitesse maximale permise de toute façon -, il n'y a presque pas de poussière. La poussière permettrait à la police de surveiller ceux qui roulent trop vite. Plus besoin de radar photo.
Certes, en période sèche, le gravier sera un peu poussiéreux. Mais c'est vite réglé avec quelques camions arroseurs qui mouilleraient la surface avec de la bonne eau du fleuve. D'ailleurs, si ça vous fatigue, vous pourriez même arroser la rue vous-mêmes et facturer la ville.