Nancy Huston

Vous l'avez deviné : à Paris, Nancy Huston est considérée comme une auteure francophone. À juste titre d'ailleurs, puisque le français est sa langue de création.
Ici, on dira qu'elle est une anglophone, parce qu'elle est une Albertaine anglophone élevée au New Hampshire.

Parlez-vous le francophone?
Il ne faudrait pas que notre obsession sur la protection linguistique - par ailleurs nécessaire et légitime - nous fasse oublier que nous parlons une langue internationale forte et très métissée.
Partout sur la planète, 75 à 80 % des 220 millions de francophones n'ont pas le français pour langue maternelle : ce sont des Nancy Huston.
Au Québec, nous hésitons entre une conception large et une conception ethnique ou exclusive.
Pourtant, nous francisons de force les immigrants et où nous exigeons des anglophones qu'ils aient une bonne maîtrise du français (l'examen de français est obligatoire dans les cégeps anglophones)

Mes 42 francophones
J'ai donc concocté ma petite liste maison de personnalités québécoises n'ayant pas le français pour langue maternelle, ou paternelle. Dans bien des cas : ni l'une, ni l'autre.
Qui? Allons-y en touffe :

  • Nanette Workman (chanteuse)
  • Jim Corcoran (chanteur)
  • Les sœurs McGarrigle (chanteuses)
  • Rufus Wainwright (chanteur)
  • Martha Wainwright (chanteur)
  • Corneille (chanteur)
  • Wajdi Mouawad (dramaturge)
  • Amir Khadir (politicien)
  • Yolande James (politicienne)
  • Dany Laferrière (auteur)
  • Michael Sabia (financier)
  • Stephen Jarislowski (financier)
  • Ken Scott (scénariste)
  • Christopher Hall (humoriste)
  • Boucar Diouf (humoriste)
  • Michaëlle Jean (journaliste)
  • Maka Kotto (acteur et politicien)
  • Luck Mervil (acteur et chanteur)
  • Les frères Diouf (musiciens)
  • Neil Bissoundath (auteur)
  • Pierre Foglia (journaliste)
  • Ulrick Chérubin (maire d'Amos)
  • Aleksandra Wozniak (joueuse de tennis)
  • Alain Stanké (éditeur)
  • Pascal Assathiany (éditeur)
  • Andrew McIntosh (journaliste)
  • François Bugingo (journaliste)
  • Akli Aït Abdallah (journaliste)
  • Leo Kalinda (journaliste)
  • René Angélil (impresario)
  • Hamidou Mamadou Abdou (ingénieur)
  • Guylaine Beaugé (juge)
  • Rima Elkouri (journaliste)
  • Jean Charest (politicien)
  • Lawrence Cannon (politicien)
  • Sam Hamad (politicien)
  • Alexandra Diaz (journaliste)
  • Oswaldo Nunez (politicien)
  • Pablo Rodriguez (politicien)

J'admets d'emblée avoir une petite hésitation pour Foglia, Angélil, Beaugé et Elkouri.
Bien évidemment, cette liste est loin d'être exhaustive - et je serais très curieux de connaître la vôtre -, mais je vous garantis une chose : elle sera encore plus longue dans deux, dix ou vingt ans.

Choc des cultures francophones
Cette réalité non ethnique du «francophone», je l'ai reçue en pleine figure à Paris, en 2005. Julie et moi nous apprêtions à y publier un livre.
Nous avions à peine posé nos valises que l'attachée de presse du Seuil se lance dans une conversation à bâtons rompus avec Julie, pour vérifier sa compétence en français (quelques entrevues importantes étaient prévues pour le lendemain).
Au bout de deux minutes, l'attachée soupire de soulagement
« Ouf! Julie est francophone!»
Sur le coup, j'ai répondu sans réfléchir :
«Voyons donc, c'est une Canadienne anglaise! »
L'idée a fait son chemin.

Un débat ailleurs
En faisant la recherche pour mon livre sur la langue française puis à force de donner des conférences, j'ai constaté combien cette notion de francophone est sujette au même débat dans les autres provinces, à quelques nuances près.
À un moment, en 2007, je tombe sur Ibrahima Diallo. Ibrahima Diallo est un vétérinaire sénégalais, établi Saint-Boniface. Sa langue maternelle est le pulaar (le peul, en peul). Il est doyen de la faculté des sciences de l'université de Winnipeg et il est président de la société franco-manitobaine.
C'est un francophone.

Contrastez maintenant avec Greg Selinger, son premier ministre, avec qui j'ai eu une heure et demie de conversation pendant un cocktail au Sommet de la Francophonie à Montreux. Greg Selinger a marié à 22 ans une Franco-manitobaine. Il a suivi des cours de français et même une immersion à Trois-Pistoles.
Cela ne fait pas de lui un francophone.
Mais il habite aussi à Saint-Boniface, il a envoyé ses enfants à l'école française, il a également été, pendant 11 ans, le ministre responsable des services en français de sa province. Il est maintenant le seul premier ministre de l'ouest capable de répondre aux journalistes à n'importe quelle question en français, et il en connaît un bout, même si le français n'est pas sa seule culture.
Lui se voit comme un francophone sans être nécessairement franco-manitobain - il hésite sur ce point.

Le dictionnaire
Prenez le dictionnaire, ouvrez-le au mot francophone. Qu'est-ce que ça dit?
Le Larousse : De langue française
Le Robert : 1) qui emploie habituellement le français au moins dans certaines circonstances de la communication / 2) dans lequel le français est utilisé comme langue maternelle ou véhiculaire.
Le Multi : Dont la langue maternelle ou d'usage est le français.
Le seul qui mette sur un pied d'égalité les critères ethnique et linguisitique est le dictionnaire québécois (Le Multi).
Les deux autres donnent clairement une définition linguistique.
Il n'est donc pas faux d'avoir une acception ethnique du terme, à condition de garder en tête que le mot francophone se réfère aussi à l'emploi ou à l'usage de la langue en dehors de toute ethnie.

J'ai un rêve
Conséquence pratique : le Québec est donc une province constituée à 80 % par une population de langue maternelle française, mais il est en même temps à 95 % francophone - puisque la plupart des immigrants et des anglophones sont francisés à divers degrés.
Nous approchons à grands pas de la grande semaine de la Francophonie, du 11 au 20 mars, et il est plus que temps de voir les francophones défendre le vrai sens du mot francophone sans le détourner de son sens.
Je rêve du jour où nous serons sortis de l'ethnie et que nous embrasserons la véritable nature de notre langue, qui est foncièrement inclusive.
C'est peut-être trop demandé : c'est pour ça que c'est un rêve.

Réagissez sur le blogue de MSN Actualités

*********

Jean-Benoït Nadeau

Jean-Benoît Nadeau
Journaliste au magazine L'actualité, Jean-Benoît Nadeau a une carrière bien remplie. Il a signé cinq livres et 700 articles de magazine, qui lui ont valu 45 prix de journalisme. Après six mois quelque part à l'ouest du Pecos, il nous revient de ce côté de la rivière des Outaouais pour parler de langue française, de ses filles, du changement climatique, de la bonne façon de préparer la choucroute et aussi encore des États-Unis, car nous sommes tous Américains.

Toutes les chroniques de MSN Actualités

Le site de Jean-Benoît Nadeau